2 256 797 visites 8 visiteurs

Covid : pour les clubs sportifs, l’adaptation permanente, les flous et l’avenir en suspens

8 avril 2021 - 09:21

La Voix Du Nord Laurent Decotte | Publié le07/04/2021 PHOTO BAZIZ CHIBANE - VDNPQR

Déjà malmenés depuis le début de la crise et inquiets pour leur avenir, les clubs et les municipalités font actuellement face à un imbroglio autour des règles. Le sport collectif en extérieur reste-t-il autorisé ? Chacun y va de son interprétation, comme nous avons pu le constater hier, jour d’entraînement.   

Ce mercredi, les enfants de la Chapelle d’Armentières et de Lys-lez-Lannoy n’ont pas eu leur entraînement de foot. À chéreng ou Lambersart, si. Les rugbymans en herbe de l’Olympique marcquois ont pu tâter du ballon ovale. Les hockeyeurs de Cambrai ont aussi pu s’entraîner.

 

De telles différences s’expliquent par des règles différemment interprétées (et interprétables), comme votre journal l’a soulevé en début de semaine. Le ministère de l’Intérieur, après avoir contacté le centre interministériel de crise, nous a indiqué que le sport collectif en extérieur est interdit et nous l’a même reconfirmé.

 

 

« Pas de changement pour nous »

Le ministère des Sports écrit de son côté dans un document officiel que le sport est « autorisé dans un rayon maximal de 10 km autour du domicile à l’exclusion de toute pratique sportive collective et de contact » Ajoutant que « la distanciation physique de 2 mètres doit être observée ».

 

La ligue des Hauts de France de football en déduit sur son site que « les conditions actuelles restent inchangées » dans le sens où « la pratique du football est possible uniquement de façon aménagée (...) sans contact, fondée sur le strict respect d’une distanciation physique de 2 mètres (...) et uniquement en extérieur. »

 

 « C’est ce que nous faisons depuis la fin de l’année dernière », explicite Gaëtan Plancq, directeur sportif du club d’Anstaing-Chéreng. « Pas de changement pour nous. On continue le rugby sans contact », appuie Sébastien Carrez, président de la ligue des Hauts-de-France de rugby. Discours similaire au Cambrai hockey club.

 

« Tant que c’est flou, nous suspendons »

À l’inverse, Villeneuve-d’Ascq Métropole a décidé de suspendre ses entraînements « tant qu’on n’a pas une réponse claire, nette et précise », précise son président. « Tant que c’est flou, nous suspendons », explique pour sa part Damien Braure, maire de La Chapelle d’Armentières. « Et mes collègues de la vallée de la Lys, d’Armentières à Comines, font pareil. » Idem à Lys-Lez-Lannoy.

 

Depuis le début de la crise, les clubs s’adaptent. Ils ont inventé le rugby sans plaquage, le foot sans dribble. Les vestiaires sont fermées, les entraîneurs sont masqués. Les caisses souffrent et chaque club craint que ses licenciés mais aussi ses bénévoles aient appris à se passer de lui.

 

Cette histoire de règles n’est qu’une péripétie dans cette longue galère où ces associations tentent de garder le cap et de tenir leur rôle social. Gaëtan Plancq insiste : « I l va falloir qu’on soit tous solidaires entre nous et qu’on nous aide. »

Commentaires

Pl Équipe Pts Jo G N P F Bp Bc Dif
1 ES LAMBRES 41 22 11 8 3 0 50 16 0 34
2 ST AMAND FC 39 22 10 9 3 0 42 17 0 25
3 HAZEBROUCK SC 39 22 11 6 5 0 44 27 0 17
4 US TOURCOING 38 22 10 8 4 0 44 25 0 19
5 ARRAS FA 35 22 9 8 5 0 31 24 0 7
6 BETHUNE 30 22 9 3 10 0 35 39 0 -4
7 LUMBRES OL 28 22 6 10 6 0 27 35 0 -8
8 US LESQUIN 27 22 7 6 9 0 35 30 0 5
9 ST ANDRE US 25 22 5 10 7 0 20 28 0 -8
10 US NOEUX 21 22 5 7 10 0 21 26 1 -5
11 AVION 21 22 4 9 9 0 21 28 0 -7
12 USSM LOOS-EN-GOHELLE 8 22 2 2 18 0 12 87 0 -75