1 343 303 visites 12 visiteurs

Coupe De France : Tourcoing écrase des Calaisiens timorés

19 novembre 2019 - 12:00

La Voix Des Sports du 8/11/2019 Texte et photo Joffrey François.

Un but refusé puis validé et une expulsion quelques instants plus tard. C’était trop pour des Calaisiens déjà dominés par des Tourquennois supérieurs qui ont déroulé en fin de match. 

Les Tourquennois n’ont pas volé leur qualification. Pour les Calaisiens qui ont résisté jusqu’à l’heure de jeu, l’addition est salée. Le premier tournant de la rencontre est sans aucun doute cette magnifique parade de Derville qui a détourné de sa main opposée un coup franc puissant de Lehaire qui prenait la direction de la lucarne (32 e ). Le score était encore nul et vierge. C’était la première velléité des Maritimes qui avaient déjà subi des assauts tourquennois par l’intermédiaire de Da Cruz (23 e ) et Lounas (28 e ). Les deux Nordistes ont buté sur un Pallas vigilant dans sa cage.

Bien en place jusque-là défensivement, Calais s’est fait punir sur sa première erreur. Halipré a profité d’un manque d’attention calaisien pour jouer rapidement un corner avec De Araujo. Ce dernier a pénétré dans la surface et placé une lourde frappe dans la lucarne opposée de Pallas (38 e ). Avec un seul but d’écart à la pause, tout restait possible, mais le sort a rapidement choisi son camp. Halipré a centré pour Petit qui a marqué dans le but vide. Dans un premier temps refusé pour hors-jeu, le but ustien a finalement été validé après discussion entre l’arbitre et son assistant (63 e ). Déjà distancé, Calais s’est retrouvé à 10 dans la foulée. Une expulsion sévère de Deléglise pour une charge sur Fernandès (65 e ). C’en était trop pour Calais qui s’est alors fait submerger par les vagues tourquennoises. Fernandès a adressé une splendide transversale vers Lounas. De quoi envoyer l’ailier tourquennois au but, ce dernier remportant son duel avec Pallas (72 e ). Ce même Lounas a ensuite débordé côté droit puis centré pour De Araujo qui a repris de volée au second poteau (74 e ).

Les hommes de Da Cruz ont parfaitement géré la fin de la rencontre et Halipré a clôturé la belle après-midi tourquennoise en reprenant un centre en retrait (88 e ). Une large victoire qui a plutôt étonné l’entraîneur tourquennois : « Nous avons dominé cette rencontre de la tête et des épaules. Les faits de jeu nous ont permis de marquer plus face à une formation de Calais venue pour défendre et dont la passivité m’a surpris. » Après deux tours précédents compliqués face à des formations de district, Tourcoing a cette fois, plus facilement, fait respecter la hiérarchie.

ÉTONNEMENT

« Nous avons dominé cette rencontre de la tête et des épaules. Les faits de jeu nous ont permis de marquer plus de buts face à une formation de Calais venue pour défendre et dont la passivité m’a surpris. En principe, cette équipe possède de bonnes individualités. Pour la suite de la compétition, nous n’avons pas de souhait particulier. Nous prendrons l’adversaire que le sort nous assignera avec plaisir », a déclaré Carlos Da Cruz, le coach tourquennois.

TOUT SE PAIE CASH

« En première période, nous étions bien en place mais nous commettons une erreur qui se paie cash. Tout restait jouable mais ce deuxième but sur une décision incompréhensible nous rend la suite très compliquée et avec l’expulsion c’est devenu impossible. Je n’ai rien à reprocher à mes joueurs qui ont pu voir ce que c’était une bonne formation de R1 », a tenu à souligner l’entraîneur calaisien, Jocelyn Merlen, au sortir de la rencontre.

KOP

Pour l’occasion, quelques éducateurs du club ont convié leurs jeunes joueurs pour soutenir les Tourquennois. Un petit kop s’est créé avec tambours et drapeaux mais il n’aura donné de la voix qu’une mi-temps. La nette domination tourquennoise en seconde période a quelque peu fait chuter l’ambiance dans les tribunes. Mais surtout le suspense.

Soutien politique

Le maire de Tourcoing Jean-Marie Vuylsteker, accompagné du ministre du Budget Gérald Darmanin, ont vibré au côté du président Desmet durant la rencontre. Ils ont évidemment profité de la victoire pour féliciter l’équipe dans l’intimité du vestiaire mais aussi le président pour la prestation et le travail fournis.

ANNÉES 80

Le dernier 8 e tour de la Coupe de France pour un club de la ville de Tourcoing est à mettre au crédit de l’AS Jean Macé dans les années 80. À l’époque, le club de la Cité Jean Bart s’était imposé 4-0 contre Dunkerque.

Commentaires